Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gilles Rousseau  "la Vie en Soi"

Gilles Rousseau "la Vie en Soi"

Comment vivre en co-création avec la nature et en harmonie avec tous les êtres humains afin que nos différences deviennent des richesses à partager pour un monde d'Amour et de Tolérance.

Le droit de tomber… la joie de se relever !

 

Il est long le chemin de l’éveil!

Depuis 2002, année que j’ai amorcé mon parcours vers la maîtrise, je suis tombée à maintes reprises. Et j’ai vu mes partenaires d’évolution spirituelle tomber aussi. Avec courage, on s’est relevé. Parce qu’il faut le dire, cela prend du courage. Et une foi inébranlable que j’admets ne pas avoir toujours nourrie. J’ai connu de nombreuses crises de foi. À chaque peine d’amour, chaque trahison, chaque abandon, j’ai perdu la foi. Je me disais que tout ce beau discours de reprise de pouvoir autour du concept qu’on est tous des dieux descendus sur la Terre pour apprendre à mieux aimer était bien noble, mais que dans les faits, la souffrance prenait souvent le dessus sur notre supposée divinité.

Puis, j’ai vécu un premier shift de conscience en 2010. L’impression de sortir de ma coquille et de prendre mon envol. Certes, le temps consacré à déployer mes ailes, les faire sécher et apprendre à voler a connu son lot d’incertitude, mais la joie de me lancer dans le vide a été aussi grisante qu’un saut en bungee. Cette période correspond à ma décision de délaisser mon métier d’animatrice et de journaliste télé pour enseigner en conférences et en ateliers le fruit de mes recherches et expériences sur l’élévation de la conscience. Pendant un an, je me sentais invincible. Tel l’aigle qui plane en maître et seigneur dans le ciel, je n’entrevoyais même pas la possibilité de retomber un jour, surtout pas au point de ramper au sol comme une chenille. Et pourtant, c’est précisément ce qui s’est produit en mars 2011. Une pensée désalignée, une fausse croyance, un scénario inventé de toute pièce par mon ego surprotecteur m’a propulsée de nouveau dans mes vieilles blessures de trahison et d’abandon, et voilà que je ne pouvais plus éviter la chute (Lire C’est quoi l’amour? à ce sujet). Le tapis se dérobait sous mes pieds sans que je ne puisse le retenir, même avec toute la bonne volonté du monde. Je me suis vue tomber au ralenti sans pouvoir appuyer sur pause, ou mieux, sur rewind pour revenir à mon état de grâce des mois précédents.

 

Il m’a fallu revenir à moi et apprendre à m’aimer inconditionnellement pour remonter la pente. J’ai découvert dans cet effondrement de toutes mes structures le cadeau du véritable Amour de Soi. Pas l’amour de mon personnage qui est apprécié de mon entourage quand je fais ce qu’on attend de moi, pas l’amour de mes réalisations professionnelles ou personnelles, pas l’amour dans le regard des autres. L’Amour dans la reconnaissance de tout ce que Je Suis. J’ai commencé à l’automne 2011 à voir la lumière en moi, processus qui est toujours en cours d’ailleurs. Parce qu’on commence par la voir dans les changements qu’elle crée en nous et autour de nous. Pour ma part, cette lumière brillant comme un soleil levant m’a attiré des nouveaux acteurs dans ma pièce de théâtre, simplement parce qu’ils pouvaient enfin me voir. Je les aurais rencontrés avant qu’ils ne m’auraient même pas remarquée tellement j’avais mis cette lumière en veilleuse. On entend souvent que sur un chemin d’éveil, il y a du ménage à faire dans nos relations, parce qu’on s’élève en fréquence et qu’on ne trouve plus de résonnance avec plusieurs personnes qui nous entourent. Je l’interprète autrement. Je n’ai pas eu à écarter qui que ce soit, j’ai seulement été attirée par d’autres relations plus en concordance avec ma nouvelle fréquence vibratoire. Je n’ai pas tout changé non plus. Certains de mes vieux amis et des membres de ma famille se sont élevés en même temps, ce qui a grandement renforcé nos liens.

En ce printemps 2014, après avoir trébuché sur différents cailloux placés stratégiquement par mon grand Soi sur la route de mon ascension, je viens de compléter un second shift de conscience. Chaque fois que j’ai perdu pied, j’ai regardé dans le ciel pour savoir qui m’avait poussée. Chaque fois, j’ai vu un masque de mon personnage tomber devant moi. Puis, je me suis relevée. Parce que je sais maintenant que chaque chute nous fait rebondir un peu plus haut. La chenille finit par devenir papillon !

 

Aujourd’hui, j’ai la nette impression d’avoir été propulsée hors du bocal dans lequel je tournais en rond depuis des millénaires. De mon nouveau point de d’observation, il n’y a plus de jugement, plus de comparaison, plus de performance. Il n’y a que la compassion de regarder dans le bocal et de comprendre le chemin parcouru, sans regret ni nostalgie. Je sais que la suite peut entrainer des moments de solitude et de perte de repères. Mais il arrive un temps qu’on n’a plus envie de regarder en arrière, parce que la lumière qu’on a reconnue en soi au début du parcours brille si fort devant qu’elle nous attire comme un aimant. Et dans le mot aimant, il y a le verbe AIMER, la raison pour laquelle on a choisi cette expérience au départ.

Il y aura d’autres obstacles sur le sentier, d’autres hésitations, d’autres chutes. L’évolution est sans fin. Et chaque fois, j’aurai encore envie de me relever pour reprendre mon vol de retour vers la Maison, parce qu’on m’y attend… et vous aussi!

Bonne envolée tout le monde!

 

Source : http://www.francegauthier.ca/le-droit-de-tomber-la-joie-de-se-relever/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article