Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gilles Rousseau  "la Vie en Soi"

Gilles Rousseau "la Vie en Soi"

Comment vivre en co-création avec la nature et en harmonie avec tous les êtres humains afin que nos différences deviennent des richesses à partager pour un monde d'Amour et de Tolérance.

Quand d’horribles choses surviennent : est-ce notre « faute » ?

Quand d’horribles choses surviennent : est-ce notre « faute » ?

Publié par LaPresseGalactique.org le 18 oct, 2015 dans Inelia Benz |

QUE SE PASSE-T-IL DERRIÈRE LES RIDEAUX ? - un résumé de Corey Good

PENSÉE DU JOUR

Inelia Benz

Nous avons tous passé au travers d’épreuves dans notre vie. Certaines étaient tellement terribles qu’elles nous semblaient insupportables. La dernière chose qu’on a besoin d’entendre est que, de par le « karma », c’est notre « faute ». De plus, le fait que dans l’Unicité, il n’y ait aucun jugement, est souvent interprété comme quoi on ne peut rien faire si on est témoin de mauvais traitements d’enfants, car dans l’Unicité, il n’existe aucun jugement porté sur cet évènement; ou bien croire qu’on devrait accepter dans nos vies des gens qui détruisent et qui sont négatifs car il n’est pas bien de les juger.

Foutaise.

Désolée mais les croyances que je viens de mentionner sont des compréhensions superficielles de ce qu’est le karma et l’Unicité. Si quelque chose d’horrible vous est arrivé récemment ou dans le passé, ce n’est pas votre « faute », et vous n’êtes pas non plus responsable que ce soit arrivé. Si vous aviez eu la capacité d’y réagir, vous n’auriez alors pas eu à en souffrir autant, ni à en souffrir encore maintenant. Et c’est là qu’est la question du karma.

Le karma n’est pas une question de « faute » ou de vengeance. Le karma est simplement un schéma de pensée à l’intérieur duquel on est coincé, programmé. Si on est programmé dans un certain mode, soit par les expériences, soit par les les croyances provenant de l’éducation et de la culture dans cette vie-ci ou dans d’autres, cela fait alors partie de notre signature vibratoire; par exemple, s’amouracher à répétition à des alcooliques abusifs.

Si aucune entité là-haut ne voit ce schéma de pensée comme étant négatif – du fait qu’il n’y a pas de jugement, ou que notre « faute » est reliée au karma, ou que nous « avons créé notre propre réalité » – alors ce schéma continuerait d’exister. Ou bien, si c’est tout ce qu’ils trouvent à dire, non seulement on cesserait ce schéma de pensée mais on se sentirait également mal et coupable du fait que c’est notre propre création. Et là est la question. On ne peut être tenu responsable lorsqu’on est bloqué dans un schéma programmé. On a besoin d’aide pour sortir d’un tel schéma, d’un tel programme. On a besoin de quelqu’un ou de quelque chose pour nous aider à dégager notre conscience de cette programmation et ainsi nous rendre apte à réagir de manière constructive. Une fois sorti de cette programmation, on est en mesure d’agir d’une façon plus positive. On est capable de s’aider nous-mêmes.

Donc, si un enfant se fait maltraiter, aidez cet enfant! Signalez aux autorités compétentes l’auteur de ces actes. FAITES QUELQUE CHOSE. Les schémas douloureux, ceux qui occasionnent la souffrance, ne font que piéger la personne dans la peur et dans la culpabilité. Ils sont inutiles à la croissance spirituelle.

Cette croyance, celle de la « faute », peut aussi aller jusqu’à un autre extrême; c’est lorsqu’une victime met le blâme de sa propre souffrance sur l’autre personne ou une situation. Bien sûr, l’autre personne ou situation est la cause de la souffrance mais rester bloqué dans la souffrance à cause d’une autre personne ou à cause de la situation l’ayant occasionnée, est contre-productif. S’accrocher à la souffrance sans l’effort de s’en sortir est un énorme piège spirituel. Cela annule notre pouvoir et nous maintient à un bas niveau de notre signature vibratoire.

Lorsque des choses terribles arrivent à de bonnes personnes, on se demande alors souvent pourquoi. Gandhi fut assassiné de sang froid. Jésus fut crucifié. Ces choses-là surviennent pour arrêter leur travail; pas pour sauver l’humanité. Ce n’était pas leur choix. Et comme ils ne pouvaient réagir à ces situations, ils n’en sont pas responsables.

On ne peut « créer que notre propre réalité » quand on prend en main notre propre jeu. Lorsqu’on apprend les règles du jeu, on reprend en main notre pouvoir des mains de ceux qui nous on gardé endormi, et traité comme des pions dans leurs jeux.

Est-ce que cela va nous arrêter d’expérimenter la douleur ? Non. Mais il est probable que nous arrêterons de souffrir. Dans l’Unicité, il y a joie et douleur. L’Unicité intègre toute expérience. Elle nous rend « capable de ». Elle nous donne des options, des façons de réagir aux situations et aux gens de sorte que la douleur, la souffrance et la peur sont réduites, et nous ramènent sur la piste, celle du plan de vie de notre âme, nous ramène aussi à nos passions, à nos missions et à nos buts.

On ne joue pas dans l’isolement le jeu de la vie sur Terre. Mais on peut sûrement jouer un puissant jeu.

Quand d’horribles choses surviennent : est-ce notre « faute » ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article