Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gilles Rousseau  "la Vie en Soi"

Gilles Rousseau "la Vie en Soi"

Comment vivre en co-création avec la nature et en harmonie avec tous les êtres humains afin que nos différences deviennent des richesses à partager pour un monde d'Amour et de Tolérance.

Une histoire incroyable, découverte de momies à l'apparence non humaine. Les dernières nouvelles de THIERRY JAMIN sur les momies du Pérou

 Un résumé de l'affaire des momies de Nazca -  puis une interview de Thierry Jamin
En octobre 2016, Thierry Jamin, explorateur, chercheur – archéologue français au Pérou, annonce la découverte d’artéfacts stupéfiants car inexplicables dans le cadre des connaissances actuelles. Président de l’association Inkari – Institut Inkari- Cusco (http://www.granpaititi.com/), qui bénéficie d’une bonne image, Thierry Jamin, constate l’existence des organes momifiés ainsi que de momies, dont l’anatomie insolite ne montre pas de lien avec l’espèce humaine ni aucune espèce vivante connue. Ces découvertes ont été réalisées par des huaceros (pilleurs de tombes) dans un endroit inconnu dans le sud du désert du Pérou, dans la région de NAZCA. Elles comportaient aussi des matériaux tels que des plaques de métaux étranges aux caractéristiques étonnantes comme par exemple celle de la mémoire de forme. Les photos qu’il montre parlent d’elles-mêmes : les organes momifiés sont quelques fois équipées d’objets métalliques n’ayant aucun rapport avec des bijoux. Ces éléments sont placés dans la main généralement sous-cutanés et sont alors comparés à des implants.

Les momies du Pérou Les  momies du Pérou
 Les momies apparemment humanoïdes ont des tailles variables qui laissent supposer l’existence d’être humanoïdes pouvant aller de 30cm jusqu’à plusieurs mètres de hauteur. Leurs cranes aux formes variables ainsi que la morphologie du visage et de tous les organes de la tête sont très distincts de ceux des êtres humains. L’ensemble des objets métalliques sont exemptes de toute corrosion et certains d’entre eux répondent aux forces magnétiques. Devant l'insolite, Thierry Jamin fait appel à plusieurs experts afin de démasquer les objets qui pourraient relever d'une imposture. Qu'ils soient médecins, anatomistes, radiologues ou historiens, archéologues spécialisés dans les matériaux funéraires, tous sont unanimes: rien ne permet d'invalider l'authenticité des matériaux.

 Les  momies du Pérou Les  momies du Pérou


 Thierry Jamin fini par rencontrer le chef des Huaceros qui est une personnalité connue dans ce milieu. Il obtient ainsi son témoignage et une confirmation de ces découvertes avec beaucoup de détails. En octobre 2015, un groupe de quatre huaceros qui recherchaient des tombes anciennes afin de les piller en repère une et la dégage. A leur surprise, ils découvrent la présence d’une structure architecturale et d’une pierre qui semble obstruer un passage. Après bien des difficultés, un mécanisme fini par se déclencher et la pierre s’ouvre sur une galerie descendante. Après un escalier, ils entrent dans une pièce obscure et découvrent deux corps momifiés, une petite princesse inca dans ses habits de la noblesse et avec ses bijoux dans les cheveux qu’ils estiment être âgée de 11 ans ainsi qu’un homme moustachu. Ils découvrent aussi un sarcophage dont ils tireront près d’un millier d’artéfacts (objets, organes momifiés, momies).
 Ils réalisent se situer dans une zone d’un espace probablement très grand sur plusieurs niveaux. Plus tard ils émettront l’hypothèse d’avoir pénétré une pyramide précolombienne. Les huaceros racontent avoir fait plusieurs séjours dans cet endroit. Chacun de ces séjours duraient plusieurs jours. Ils progressaient avec beaucoup de prudence car ils n’ignoraient pas l’existence de pièges ayant couté la vie à plus d’un explorateur. Il existe donc des portes qu’ils n’ont pas pour l’instant osé franchir, ayant détecté de possible anomalies. Au fur et à mesure, les huaceros vont s’apercevoir que les lieux ne sont pas déserts. De petits êtres qu’ils appelleront des lutins sont aperçus en groupe avec des comportements très furtifs. 

Les petites momies du Pérou

Un jour, lors de la découverte du second sarcophage, ils plongent leur regard dans un puit et aperçoivent plus bas un être de dimension plus importante qui se cache aussitôt. Ils sont aussi sujet à un évènement étrange, qu’on appelle aussi une expérience de temps manquant (missing time). Alors qu’ils faisaient une pause en faisant bouillir de l’eau, ils tombent brutalement dans le sommeil et se réveillent 8 h plus tard, sans comprendre ce qu’il s’est passé. Le gaz ayant été totalement dépensé.

Au cours de leurs séjours, deux des huaceros tentent d’attraper les petits êtres. L’un des deux sera pris un jour d’un comportement inattendu. Il se mettra à avaler du sel, jusqu’à ce que son corps se mette à défaillir. Il en mourra. L’autre, atteint de malaises, sortira avec peine du lieu des découvertes et décèdera à Cusco d’une maladie inconnue. Aujourd’hui le groupe des Huaceros est réduit à deux individus seulement. Leur objectif se limite à trouver de l’or, vendre leurs découvertes contre beaucoup d’argent. Ils ont parfaitement compris l’immense valeur de ce site et espèrent mettre la main sur davantage d’objets à forte composante technologique.

Les momies du Pérou 

De son coté, Thierry Jamin s’est rapproché du chef des huaceros et tente d’obtenir une invitation pour voir les lieux, même s’il doit s’y faire accompagner les yeux bandés. Il a une certaine idée de leurs positions « quelques centaines de mètres » d’un des dessins Nazca. Afin de valider les matériaux qui proviennent de ce site et qui ont été placés entre ses mains, Thierry Jamin a lancé un financement participatif qui permettra une analyse poussée de l’ADN d’une des momies, une évaluation de son âge (Carbone 14) ainsi que de connaître la composition des métaux si cela est possible.

Il est à notre avis remarquable que plusieurs milliers de personnes de France s’organisent avec pour objectif la recherche de la vérité dans cette affaire et faire éclater une vérité bouleversante dans la pensée dominante. Bien que stupéfiante si une telle révélation devait avoir lieu, elle offrirait une piste de réflexion fracassante mais légitime pour expliquer le contraste qui sépare d’un côté les dogmes de l’histoire officielle et de l’autre les ooparts (Out Of Place Artefacts, les objets archéologiques inexplicables dans le contexte de leurs époques) et les sites de construction anciens dont les dimensions et la très haute technicité sont demeurées totalement inexplicables.
 Michel RIBARDIERE FEA  - Source   feairplane. 

Si vous souhaitez plus d'informations article complet sur le site ci-dessous

Source : http://messagesdelanature.ek.la/les-momies-du-perou-p1230820

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Missjacotte 24/03/2017 11:13

J'ai lu cela attentivement, c'est assez stupéfiant, ça me rappelle le livre de Rampa sur la Caverne des Anciens.
Bises

Gilles Rousseau 12/04/2017 22:02

Oui en effet,c'est vrai que c'est stupéfiant, espérons avoir les résultats ADN prochainement. Merci. Lumineuses Pensées

IF 23/03/2017 11:58

c'est vraiment époustouflant! super intéressant! affaire à suivre !
IF

Gilles Rousseau 12/04/2017 22:04

Oui affaire à suivre et espérons des réponses sur les tests ADN rapidement. Merc'If.