Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gilles Rousseau  "la Vie en Soi"

Gilles Rousseau "la Vie en Soi"

Comment vivre en co-création avec la nature et en harmonie avec tous les êtres humains afin que nos différences deviennent des richesses à partager pour un monde d'Amour et de Tolérance.

ARCHÉOLOGIE DU SON

Les dispositifs de pots acoustiques dans les édifices anciens

 

Les églises médiévales et modernes conservent parfois dans leurs murs ou dans leurs voûtes des poteries noyées dans la maçonnerie dont seul affleure le col, ouvert sur l’espace intérieur du bâtiment. L’usage de ces poteries architecturales, souvent méconnu, a été parfois mal interprété. Il s’agit le plus souvent de dispositifs de correction acoustique destinés à améliorer la perception de la voix parlée et chantée, non seulement dans les lieux de culte mais aussi dans certains bâtiments civils. Pour les érudits qui en découvrirent l’existence au XIXe siècle, la raison d’être de ces pots a constitué une énigme.

Depuis lors, nombre d’entre eux ont disparu à l’occasion de travaux de ravalement ou de restauration, faute d’être perçus comme des vestiges dignes d’intérêt. Ce site propose un bilan de nos connaissances actuelles et un certain nombre de pistes de recherche. Il est le fruit d’un travail interdisciplinaire mené depuis plusieurs années entre historiens, archéologues, linguistes et acousticiens. Les indications fournies par les textes anciens et les observations résultant de l’étude matérielle des poteries ont ainsi pu être confrontées à des mesures de fréquence, afin de mieux comprendre le phénomène physique et, par là même, de mieux apprécier l’effet acoustique des poteries insérées dans les maçonneries de certains édifices. Au-delà de la redécouverte d’une pratique disparue de la mémoire collective depuis deux siècles, c’est la conservation de ces dispositifs qui est en jeu.

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Jean-Christophe Valière

Présence dans les églises de Vendée : 

- Saint Gilles-Croix-de-Vie

- Saint Jean-de-Monts

- Saint Georges-de-Montaigu

- Sallertaine

- Les Epesses

- Givrand

- La Roche-sur-Yon 

Pour des informations complémentaires : http://archeoacoustique.labo.univ-poitiers.fr/presentation-generale/

 

 

  • L’Abbaye de Notre Dame des Anges (Finistère) bénéficie d’une richesse exceptionnelle avec la présence de plus d’une centaine de pots acoustiques situés dans le chœur et au droit de la chaire de prédication. Ils favorisaient le transport de la voix dans tout le volume de l’abbatiale et permettaient au public d’avoir le sentiment d’être auprès de l’orateur ou au milieu des chanteurs.
  • Chaque pot acoustique jouait le rôle d’amplificateur en résonnant au son pour lequel il avait été conçu. Vous obtenez un effet similaire quand en soufflant dans une bouteille vous arrivez à former un son. Ainsi les pots sont  disposés  souvent par 3, 5 ou 7  formant  tierce, quinte ou octave, base du chant en occident. Les pots de l’Abbaye comme ceux de la plupart des chapelles étaient spécialisés pour les aigus dont la transmission est plus faible que celle des graves. Les pots avaient également l’avantage de préserver la pureté de ces aigus qui  en se réfléchissant sur les murs  généraient un harmonique à un niveau légèrement inférieur par perte d’énergie.
  • Cette très ancienne technologie, on en trouve des exemples dans l’antiquité, a été mise en œuvre dans beaucoup de chapelles du LEON, mais jamais avec une telle profusion, montrant ainsi la volonté des mécènes de l’époque de faire une œuvre d’exception. 
  • La plupart des pots a été détruit au début du 19ème par les enfants qui dit-on s’amusaient avec leur lance-pierre. Ils ont très certainement été fabriqués par les potiers de Lanveur en Lannilis, comme l’indique l’analyse de la terre effectuée par Louis  Chauris. Apparemment leurs formes relèvent de 2 familles, l’une parfaitement sphérique, l’autre en forme d’amphore.

Il en reste cependant quelques uns dont les cols sont toujours intacts. Ils sont parfaitement spécifiques couvrant une large variété de diamètre  et forme d’ouverture semblant indiquer leur spécialisation. Une étude musicologique serait à entreprendre avant restauration.

Source : http://www.abbayedesanges.com/presentation/un-nom

 

Ci-dessous photo de pots acoustiques abbaye de Fontdouce (Charente Maritime)

ARCHÉOLOGIE DU SON

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article