Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gilles Rousseau  "la Vie en Soi"

Gilles Rousseau "la Vie en Soi"

Comment vivre en co-création avec la nature et en harmonie avec tous les êtres humains afin que nos différences deviennent des richesses à partager pour un monde d'Amour et de Tolérance.

Pacifique ou mouton ?

Pacifique ou mouton ?

De plus en plus je me demande ce que signifie exactement la paix… Ou plutôt, je me questionne sur son sens et sur sa nature. J’imagine que cela peut surprendre… car, a priori, tout le monde comprend ou sent ce que veut dire le mot paix.

Quand on voit sur nos écrans les peuples s’entredéchirer et les ignominies puis les massacres s’engendrer les uns les autres, nous avons d’ailleurs l’impression, nous les Occidentaux, de comprendre un peu plus encore ce qu’elle est. Nous déplorons ainsi ¨les barbaries d’ailleurs¨, celles qui se produisent à l’autre bout de la planète et nous nous confortons inévitablement dans notre impression de supériorité. Nos pays sont tellement plus civilisés, n’est-ce pas ?

D’une certaine façon, bien sûr, c’est incontestable puisque nous avons collectivement trouvé une forme d’équilibre qui nous permet de goûter globalement à un état de ¨non-guerre¨. C’est un état enviable puisqu’il nous permet de manger à notre faim et de nous croiser dans les rues sans craindre à tout instant de voir apparaître une mitraillette sous une veste. C’est un état si enviable qu’il permet même à beaucoup d’entre nous d’avoir des loisirs et de prendre des vacances.

Ah, les vacances ! Ne sont-elles pas le signe d’une société qui a ¨réussi¨ ? Nous en sommes persuadés tout autant que de la réalité de notre pacifisme et de l’immuabilité de nos régimes si officiellement démocratiques.

C’est justement sur ce point que je m’interroge et que je regarde ¨notre paix¨… car j’ai besoin de la fouiller un peu cette paix; j’ai envie de savoir de quoi elle est vraiment faite.
À vrai dire, plus je la regarde, plus je l’entends s’exprimer de mille manières différentes et plus je la trouve truffée d’elle-même, autrement dit… bien égoïste !

Sous nos latitudes, je la vois franchement assise sur des tonnes de bonne conscience et enfin surtout retranchée derrière des remparts d’inconscience.

Je crois que si nous avions le courage de vraiment l’ausculter, nous lui trouverions un souffle au cœur. Ce souffle au cœur, c’est celui des tenants d’une société qui veut que surtout rien ne bouge, que rien ne soit remis en cause, une société qui veut continuer à ne pas entendre et à ne rien voir de ce qui ne fait pas son affaire. Ce souffle au cœur, je le vois comme la marque d’une léthargie, qui prend même, pour certains, l’allure d’un sommeil profond.

Oui, je crois que ce que nous appelons paix, en regard de l’état général de notre monde, prend des tournures de plus en plus pathétiques et dramatiques. Parmi ses ingrédients, je ne cesse, en ce qui me concerne, d’y rencontrer beaucoup de lâcheté. Que rien ne bouge, surtout ! Rien n’est parfait mais nous sommes si bien installés ainsi !

Logique nombriliste, politique de l’autruche, égoïsme délibéré, option ¨inconscience¨ dix fois cochée sur la feuille de route d’une société occidentale en état d’auto-hypnose…
Que rien ne bouge ? Allons… Réveillons nous ! Il est impossible que, là où nous en sommes aujourd’hui, rien ne bouge. Tout a déjà commencé à changer. Dans les couples, dans les familles, les sociétés, les cultures et les nations. Même la terre se re-pense, semble-t-il ! Inutile de le nier. Inutile de chercher à suivre le même chemin qui nous promet la même bergerie qu’autrefois.

J’en viens donc à ma question : Serions-nous des pacifistes ou des moutons ?
En d’autres mots, avons-nous peur de revoir notre façon de vivre ou sommes-nous les artisans d’un inévitable changement ?

En ce début de ¨quelque chose d’autre¨, j’ai parfois l’impression qu’une partie du monde accélère tandis que l’autre freine… ceux qui accélèrent faisant évidemment figure d’¨agitateurs¨ ou d’¨activistes¨, quel que soit le contexte où ils s’expriment.
Le pacifiste, ce n’est certainement pas celui qui ne prend aucun risque. La paix, la vraie paix est un état qui se bâtit constamment, elle se tisse à coups d’audaces de la conscience; la paix demande de l’engagement, de l’implication, de l’action; elle demande même parfois à ce que l’on monte aux barricades; elle peut être faite de justes et nécessaires colères, elle réclame du courage. Celui qui se contente de ronronner ou marmonner dans son coin et ne se préoccupe que de se protéger ou de s’économiser ne peut en être l’artisan. Un mouton ne manifeste pas la paix mais la peur.

Entendons-nous bien… j’adore les moutons… mais les vrais ! Pas les moutons humains qui échangent leur quiétude contre mille tontes faites à leur âme.

S’il arrivait qu’un Bon Pasteur se présente enfin à nous quelque part, je n’hésiterai certainement pas à faire partie de son troupeau mais je gage que Celui-là redéfinira aussitôt le statut du ¨mouton¨ en lui demandant de se souvenir de sa volonté, de sa force, de son âme, de tout l’amour et de toute la générosité dont il est capable.

Pour l’heure, c’est certainement à chacun de nous de se redresser, de se prendre en main, de montrer qu’il a un cœur et une conscience en refusant un certain nouvel ordre hypnotique des choses… car les ¨bergers¨ qui se montrent à nous et que nous acceptons bon gré mal gré ressemblent davantage à des égos encravatés qu’à des guides oeuvrant pour que l’humain soit heureux et enfin humain.

La paix… bien sûr, puisque son germe est l’amour… mais certainement pas l’anesthésie !

Daniel Meurois

18 Juillet 2012, Québec

 

Source : http://www.chroniquesdanielmeurois.com/pacifique-ou-mouton/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

A.A 15/09/2013 11:54

Super texte sur la paix. oui ont à le sentiment que rien ne bouge mais petit à petit le monde bouge.
amitiés.

Gilles Rousseau 18/09/2013 21:47

Le monde bouge, oui peut-être, mais en tout cas de plus en plus de personnes se sensibilisent à cette ouverture du cœur. Amitiès